Donner l'info sur le Web …

Articles tagués ‘objet’

La performance des e-mailings

L’e-mailing a aujourd’hui un taux moyen d’ouverture de 20 %. De plus en plus utilisé de nos jours, il est aujourd’hui de plus en plus banalisé ce qui le rend moins attractif qu’avant.

A savoir que les 2 principaux critères d’ouverture d’e-mails varie en fonction de l’expéditeur : avoir son nom et son prénom plutôt qu’une adresse en @contact.com ou autre. Il faut également que se ne soit pas tout le temps le même expéditeur.

L’objet du message doit être basé comme dans un communiqué de presse : à savoir qu’il faut accrocher dans l’objet de l’e-mail afin que le destinataire l’ouvre.

Chiffres clés des e-mails

Nombre d’utilisateurs :

  • Monde : 2 milliards en 2011. Prévision pour fin 2015 : 2.6 milliards (Radicati Group, mai 2011)

Nombre de comptes e-mail

  • Monde : 3.1 milliards en 2011. Prévision pour fin 2015 : 4.1 milliards
  • 75 % des comptes sont personnels, 25 % professionnels (Radicati Group, mai 2011)
  • France : 68 millions de boîtes utilisées habituellement (ContactLab, 2011, base déclarative)

Nombre de mails envoyés chaque jour

  • Monde : 294 milliards
    en 2010, dont spam. Prévision pour 2013 : 507 milliards
    (Radicati Group, avril 2010)
  • Monde : 39.7 milliards
    de personne à personne (hors spam donc)
    (IDC, 2007)
  • France : 1,4 milliard (hors spam). Un internaute français reçoit en moyenne 39 e-mails par jour.
    (ContactLab, 2011, base déclarative)

Nombre d’adresses e-mail par Internaute

En France, les internautes ont en moyenne 2 adresses e-mail mais 46% déclarent n’en avoir qu’une seule. 61% des autres privilégient une adresse principale, à 85% ancienne de plus de 2 ans.

(Etude SNCD – EMA 2010. Consulter également la présentation détaillée de l’étude 2008 sur Email Way)

Les principales messageries

1.
Hotmail
350 millions
d’utilisateurs
2.
Yahoo! Mail
310 millions
d’utilisateurs
3.
Gmail
260 millions
d’utilisateurs

(monde, source comScore, septembre 2011)

L’usage de l’e-mail

Après la consultation des sites Web, l’e-mail se classe en deuxième position des services les plus utilisés sur Internet.

Le webmail est le moyen privilégié pour consulter les e-mails (44 %). Viennent ensuite le logiciel de messagerie (33 %) et le mobile (23 %).
(Return Path –  novembre 2011)

Ce que pensent les internautes français de l’e-mail
Utilisent plus souvent l’e-mail que le courrier traditionnel
59 %
Ecrivent plus souvent depuis qu’ils utilisent l’e-mail
64 %
Estiment que par rapport au courrier postal le texte des e-mails est plus court
66 %
Estiment que par rapport au courrier postal l’e-mail est plus familier
73 %
Demandent en premier aux nouvelles connaissances leur e-mail
85 %
Taylor Nelson/Sofres pour MSN – janvier 2003

L’e-mail en entreprise

72 courriels sont reçus et 33 sont envoyés en moyenne par jour en entreprise par chaque collaborateur. Seuls 14 messages sont identifiés par les usagers comme étant du spam. (Radicati Group, mai 2011)

Les courriers électroniques augmentent sensiblement le volume des communications dans l’entreprise. En France, même si le courrier électronique progresse (21 e-mails quotidiens), le téléphone arrive encore en tête avec 41 communications par jour.

En revanche, aux Etats-Unis, le courrier électronique est devenu, pour la première fois, l’outil principal. Au Royaume-Uni, il a progressé en un an de 50 %.
(Enquête réalisée par Gallup et The Institute For the Future auprès de 500 grandes entreprises françaises, allemandes, britanniques, américaines et canadiennes.)

L’abondance des messages à un effet pervers sur le salarié. 43 % des salariés français sont interrompus au moins toutes les dix minutes et 31 % avouent être distraits dans leur travail. (Créfac)

72 % des Américains consultent leur courrier électronique professionnel en dehors des heures de bureau. (Xobni, septembre 2010)

Source : http://www.arobase.org/culture/chiffres-email.htm

 La Newsletter

Concevoir une newsletter performante ne dépend pas seulement des contenus. L’ergonomie et la maquette jouent également un rôle crucial. Cinq conseils pour améliorer la lisibilité de ses informations.

Dans un environnement où les boîtes électroniques sont surchargées par les spams, les courriers promotionnels ou encore les scams, la visibilité des newsletters légitimes peut-être fortement compromise. Pire encore, les fonctionnalités de certains logiciels de messagerie, comme le blocage des images, peut altérer considérablement la lisibilité des lettres d’informations. Enfin, l’oeil des internautes devient de plus en plus sélectif et le temps consacré à la lecture des newsletters de plus en plus réduit.

Comment, dans ce contexte, parvenir à capter l’intérêt des internautes et faire en sorte qu’ils identifient très vite l’émetteur ainsi que les contenus importants ? Quelles règles faut-il respecter pour faciliter la lecture des informations transmises ? Comment contourner les pièges des logiciels de messagerie ? Cinq règles élémentaires afin d’optimiser l’ergonomie de sa newsletter avec Laure Sauvage, consultante « usabilité » au sein de Benchmark Group.

 

1 – Valoriser les contenus stratégiques

Pour capter l’intérêt des lecteurs et exploiter au mieux l’espace fourni par la fenêtre de prévisualisation des logiciels de messagerie, les informations jugées stratégiques pour l’entreprise ou susceptibles d’intéresser le plus les abonnés doivent être impérativement placées tout en haut de la newsletter.

A l’inverse, il vaut mieux éviter de mettre de la publicité tout en haut de la newsletter. De même, capter l’intérêt des lecteurs ne signifie pas forcément surcharger la lettre d’information par des formats animés. Certes, ils attireront l’attention, mais ils peuvent également être assimilés à de la publicité, risquant de décrédibiliser le contenu de la newsletter et, plus largement, d’éclipser les informations importantes.

 

2 – Faciliter l’identification de l’émetteur

Afin d’être facilement identifié par l’abonné et augmenter ainsi ses chances d’être lu, il est très important d’intégrer tous les éléments d’identification de l’entreprise en haut de la lettre d’information. Logos, baseline, bandeau, etc., doivent figurer en bonne place sur la newsletter. De même, il est préférable que celle-ci reprenne les principaux éléments de la charte graphique utilisée par le site : couleurs, typographie, etc. Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il est interdit d’innover. Mais il est important de ne pas bouleverser tous les repères.

 

Enfin, si l’objectif de la newsletter est de favoriser les échanges avec les internautes, il peut être intéressant de placer au sommet de celle-ci un lien les invitant, pour toutes questions, à cliquer pour contacter directement l’entreprise.

 

3 – Ecrire concis, mais explicite

La newsletter, comme la page d’accueil d’un site, ne doit être ni trop longue, ni trop chargée. Mais elle ne doit pas être vide pour autant avec un seul lien redirigeant vers le site émetteur pour consulter les contenus.

De fait, les liens doivent eux aussi être très visibles. Dans l’idéal, ceux-ci devraient tous être positionnés à droite, car cette partie de l’écran est celle vers laquelle se dirige en premier l’oeil de l’internaute. De même, ils doivent être explicites : c’est-à-dire soulignés lorsque le public de la newsletter n’est pas très averti, et en rapport direct avec le contenu qu’ils accompagnent.

 

4 – Jouer avec les zones froides et chaudes

Comme la page d’accueil d’un site, la lecture d’une newsletter sur écran comprend ses zones froides et chaudes. En raison de l’étroitesse de ce format, il n’est pas conseillé de le diviser en plus de deux colonnes. L’oeil étant attiré naturellement vers la droite de l’écran, les contenus importants devront obligatoirement être placés en colonne de droite. Celle de gauche, moins visible, pourra accueillir les sondages, la rubrique « contactez-nous », les informations personnelles de l’abonné ou encore les contenus plus promotionnels.

 

5 – Attention aux photos

 

Si les images permettent d’illustrer les contenus et d’attirer l’attention des lecteurs, leur usage implique le respect de quelques règles élémentaires. Toutes les photos doivent être cliquables et renvoyer vers les articles ou les fiches produits sur le site qu’elles illustrent. Si elles sont particulièrement importantes, elles doivent de préférence être placées à droite, car elles seront plus visibles qu’à gauche. Enfin, si elles occupent le sommet de la newsletter, il est préférable de les accompagner de texte afin que l’internaute puisse se rendre compte tout de même du contenu de la newsletter si les images sont bloquées par son logiciel de messagerie.

Publicités